jeudi 9 février 2017

Ç'AURAIT PU ÊTRE MON FILS...

Hello les Soulplaciens,

Donc, à partir de maintenant, nous saurons que nos enfants, en mal de sensations, se lovent amoureusement sur tout instrument oblong et dangereux pouvant leurs causer des lésions graves.
Nous saurons aussi que, parfois, pour optimiser le résultat de leur expérience, nos gosses chantres du rapprochement entre jeunes et force de l'ordre, demanderont le concours de leurs représentants. Nous saurons que nos enfants déviants, ivres de reconnaissance et de buzz, mettront en scène ces intromissions, précédées des violences et maltraitances adaptées à l'acte suprême.
Nous devrons nous faire à l'idée que, pour peu que les sollicités deviennent les solliciteurs, ces pratiques pourraient avoir des dommages collatéraux dont le caractère accidentel ne pourra faire débat.
Nous devrons au mieux nous faire au concept Mac Tyer inversé.
Eh bien non, tu peux m'embrocher jusqu'au colon, me cracher dessus, m'insulter, je ne t'aimerai pas, jamais, pas pour cela. Tu as raté une occasion incroyable de montrer la noblesse de ce qu'est qu'être français : faire bien ou mal, le reconnaitre, s'excuser et tenter de réparer. Mais NON !!!!
Pas un mot d'excuse, pas un geste d'apaisement, pas même un simulacre de volonté de justice. Et le ton monte, car maintenant ON NOUS ENCULE, au sens le plus cru du terme et qui ne mérite donc pas qu'on le déflore. On ose nous dire que ce gamin a été blessé accidentellement, on jette en pâture un résultat d'enquête félon à une famille qui fait preuve de courage, de calme. Putain, osez toucher à un cheveu des miens et vous saurez quel type d'ennemi vous vous serez créé. Je ne prône pas la violence, je ne valide aucune provocation mais comment se dire horrifié par les réactions violentes que ce type de faits génère ? Comment peut-on donner un semblant de reconnaissance à la victime  au principe que ce jeune homme est un type bien... Que serait-il advenu s'il avait été défavorablement connu des services de police ? En prime, la seule récompense obtenue c'est une place dans un stade de foot alors que le pauvre ne sait pas s'il pourra s'y asseoir... Quelle cruelle ironie.
Et vous allez encore vous étonner des dérives que créent cette incapacité à respecter la devise sous laquelle nous nous rallions tous, fut-ce naïvement ?!? Vous allez me dire à moi le négro que les insultes faites à ce môme touchent, vous allez me dire que je souffle sur les braises avec un texte séditieux ?
J'ai dit un jour dans un autre texte que "l'Histoire nous fistait pour savoir ce que nous avions dans le ventre", aujourd'hui des gens sensés nous protéger concrétisent l'idée. Mais dans quel but, quel message nous est envoyé ? Quelle réponse est réellement attendue puisque l'Etat se range à l'absolution de l'ignoble ? Comment éduquer nos enfants ? En leurs faisant accepter qu'ils ne seront jamais les égaux de leurs concitoyens à la défaveur d'un morphotype pénalisant ?
Parqués à la schlague, l'insulte et l'iniquité, et puisque nous n'avons plus d'autres choix que celui de la défiance, nous devons nous rassembler. Mettre en place une communauté de "gens de bien", en prenant garde à nos gosses, nos vieux, nos femmes, nos frères et nos faibles. Cesser de nous tirer dans les pattes et faire front (il n'y a pas de copyright). J'aimerais tellement savoir que nous pourrions laisser une société douce à nos enfants, j'aimerais tellement être encore sûr que d'avoir toujours vécu en paix avec mon prochain est la seule voie.
De tristesse ou de colère, mes larmes n'y changeront rien, elles ne laveront rien. Mais c'est ma, notre responsabilité que d'infléchir le cours de notre histoire. Sans avoir peur de ne pas être témoin de jours meilleurs...

Tristement,

JP

2 commentaires:

  1. On nous plonge dans un bouillon d'horreur... rien ne justifie d'humilier, de déshumaniser un être qu'il eût été racaille ou non, les actes gratuits devront se payer! S'agit-il de tuer nos jeunes de banlieue, de niquer leur vie? Il est triste, décevant et honteux que les institutions ne s'interrogent pas sur les intentions de certaines personnes sensées nous protéger, nous venir en aide, au lieu d'autoriser des esprits très simples...à prendre la parole en public et balancer des ignominies qui nous ramènent très loin dans l'histoire et finalement pas si loin que ça tant les actes inadmissibles se répètent... il va être bien difficile de continuer à se dire qu'on peut bel et bien vivre ensemble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Inès ,

      L'espoir demeure dans le fait qu'on puisse au moins essayer

      Supprimer