jeudi 9 février 2017

Ç'AURAIT PU ÊTRE MON FILS...

Hello les Soulplaciens,

Donc, à partir de maintenant, nous saurons que nos enfants, en mal de sensations, se lovent amoureusement sur tout instrument oblong et dangereux pouvant leurs causer des lésions graves.
Nous saurons aussi que, parfois, pour optimiser le résultat de leur expérience, nos gosses chantres du rapprochement entre jeunes et force de l'ordre, demanderont le concours de leurs représentants. Nous saurons que nos enfants déviants, ivres de reconnaissance et de buzz, mettront en scène ces intromissions, précédées des violences et maltraitances adaptées à l'acte suprême.
Nous devrons nous faire à l'idée que, pour peu que les sollicités deviennent les solliciteurs, ces pratiques pourraient avoir des dommages collatéraux dont le caractère accidentel ne pourra faire débat.
Nous devrons au mieux nous faire au concept Mac Tyer inversé.
Eh bien non, tu peux m'embrocher jusqu'au colon, me cracher dessus, m'insulter, je ne t'aimerai pas, jamais, pas pour cela. Tu as raté une occasion incroyable de montrer la noblesse de ce qu'est qu'être français : faire bien ou mal, le reconnaitre, s'excuser et tenter de réparer. Mais NON !!!!
Pas un mot d'excuse, pas un geste d'apaisement, pas même un simulacre de volonté de justice. Et le ton monte, car maintenant ON NOUS ENCULE, au sens le plus cru du terme et qui ne mérite donc pas qu'on le déflore. On ose nous dire que ce gamin a été blessé accidentellement, on jette en pâture un résultat d'enquête félon à une famille qui fait preuve de courage, de calme. Putain, osez toucher à un cheveu des miens et vous saurez quel type d'ennemi vous vous serez créé. Je ne prône pas la violence, je ne valide aucune provocation mais comment se dire horrifié par les réactions violentes que ce type de faits génère ? Comment peut-on donner un semblant de reconnaissance à la victime  au principe que ce jeune homme est un type bien... Que serait-il advenu s'il avait été défavorablement connu des services de police ? En prime, la seule récompense obtenue c'est une place dans un stade de foot alors que le pauvre ne sait pas s'il pourra s'y asseoir... Quelle cruelle ironie.
Et vous allez encore vous étonner des dérives que créent cette incapacité à respecter la devise sous laquelle nous nous rallions tous, fut-ce naïvement ?!? Vous allez me dire à moi le négro que les insultes faites à ce môme touchent, vous allez me dire que je souffle sur les braises avec un texte séditieux ?
J'ai dit un jour dans un autre texte que "l'Histoire nous fistait pour savoir ce que nous avions dans le ventre", aujourd'hui des gens sensés nous protéger concrétisent l'idée. Mais dans quel but, quel message nous est envoyé ? Quelle réponse est réellement attendue puisque l'Etat se range à l'absolution de l'ignoble ? Comment éduquer nos enfants ? En leurs faisant accepter qu'ils ne seront jamais les égaux de leurs concitoyens à la défaveur d'un morphotype pénalisant ?
Parqués à la schlague, l'insulte et l'iniquité, et puisque nous n'avons plus d'autres choix que celui de la défiance, nous devons nous rassembler. Mettre en place une communauté de "gens de bien", en prenant garde à nos gosses, nos vieux, nos femmes, nos frères et nos faibles. Cesser de nous tirer dans les pattes et faire front (il n'y a pas de copyright). J'aimerais tellement savoir que nous pourrions laisser une société douce à nos enfants, j'aimerais tellement être encore sûr que d'avoir toujours vécu en paix avec mon prochain est la seule voie.
De tristesse ou de colère, mes larmes n'y changeront rien, elles ne laveront rien. Mais c'est ma, notre responsabilité que d'infléchir le cours de notre histoire. Sans avoir peur de ne pas être témoin de jours meilleurs...

Tristement,

JP

mardi 10 janvier 2017

Let's Get Together !!

Hello les Soulplaciens,

Je vous souhaite une excellente année 2017, soyez aussi bons pour vous que vous le souhaitez pour vos autres... Il semblerait que ce soit par là que les bonnes choses commencent.
L'année passée nous a confronté dans son évidence de vie à sa vulgarité la plus crue, tant nous avons dû subir de pertes : Le temps passe, vite, et toujours suffisamment pour donner de l'importance à nos existences. Parfois aussi, il s'arrête, bouffi de ces vilaines ecchymoses que l'on voudrait soigner...
Aller à un concert c'est, pour moi, valider tout le bien que l'on pense d'un artiste, ou pas... Mais c'est surtout s'autoriser un pur moment de plaisir.
Lisa Spada, dont je vous ai déjà parlée, a eu l'idée géniale de refaire une édition de cette réunion incroyable des plus grands talents qui l'entouraient il y a près de dix ans : "Let's Get Together"
Vous vous imaginez ? Opé, Ulrich, Camille, Crystal, Juan, Karl, Ben, Brice, Freddy, Indy, Ann-Shrley, Gérald et les autres sur la scène du New Morning ? Et pas pour nous vendre un dernier album commun, ni pour se refaire une santé médiatique. Non !!! Tous ont répondu au projet de Lisa, parce qu'être ensemble a sonné comme une évidence à leurs yeux.
J'avais eu la chance d'assister aux deux précédentes éditions au Trabendo puis au New Morning, il y a huit ans déjà... Le temps passe.
Ce que je trouve fabuleux chez Lisa, c'est cette force naturelle de persuasion qui transpire d'elle. Elle fait ce qu'elle est, elle fait comme elle est et je vous promets qu'il n'y a pas place à l'hésitation au moment de lui emboiter le pas. Je ne suis pas le seul à le vivre ainsi, deux dates "sold out" au New Morning pour des artistes de Soul française je n'avais jamais vu. Le décor est planté, me voilà tel un pèlerin sur la route du "New"....
Vendredi 6 Janvier, vous savez quoi ? J'avais peur pour eux tellement je leur souhaitais un bon concert. Précédé d'un super dj set d'Etienne ATN le groupe emmené par David Lamy nous réserve un départ en fanfare avec les Pointer Sisters "yes we can can" un signe ? La Soul, le Funk étaient à l'honneur avec leurs meilleurs représentants et leurs fans. Je ne vous dirais rien de trop sur ce concert car si vous n'avez pas vos places pour demain, hurlez votre volonté d'une date supplémentaire et on reparlera de ce voyage de 3H offert par une famille d'artistes qui nous ont transportés dans des contrées dont j'avais oublié l'existence. Pourquoi ? parce que Prince, James, Curtis, Marvin, Billy me manquent et que la plupart sont partis en 2016, parce que la terre change à cause de ceux qui l'habitent et que le pays que j'aime et dans lequel je crois se flétrit à grands coups d'exclusions, d'intolérances et de conneries. J'avais oublié que le refuge le plus sûr va bien au delà de mon petit microcosme, et, qu'il n'en est que plus sûr pour peu que l'on choisisse de faire confiance à l'autre. Il y a huit ans, ce concert m'avait permis de panser la perte d'Herman... Cette fois, il m'a permis d'enterrer définitivement une année qui pour nombre d'entre nous n'a pas été insouciante...
Je fais mien le slogan : "Let's Get Together" ! Merci à toi Lisa et à tous ceux qui ont contribué à cet évènement et Merci à tous ceux qui dans la salle l'ont si bien incarné.

Musicalement,

lundi 25 avril 2016

PAPA WEMBA, BILLY PAUL... UNE PAGE SE TOURNE

Hello les Soulplaciens,

Je suis vraiment triste aujourd'hui : après le décès de Prince la semaine dernière, coup de tonnerre c'est Papa Wemba et Billy Paul dont les voix s'éteignent.
Autant j'ai accueilli la mauvaise nouvelle de Minneapolis avec flegme, autant cette fois j'ai le sentiment que sont partis deux représentants de mon enfance.
Pour moi, l'évocation de ces deux monstres sacrés de ma vie de musique va de pair avec des sensations que beaucoup reconnaitront.
Papa Wemba, c'était l'Afrique, le son de l'Afrique, le goût de l'Afrique... L'entendre c'était comme un repère dans la semaine, on savait qu'on était dimanche, que le saka-saka allait remplacer le steak-frites dans nos assiettes et que nos ainés allaient avoir d'interminables discussions pour determiner qui chantait mieux, qui était meilleur musicien. Papa Wemba avait un goût, un parfum, et il véhiculait avec les premiers morceaux de Zaïko ce fantasme d'une Afrique magnifiée par sa musique. Je dois aussi reconnaitre que l'entendre, c'était trouver un refuge sûr, empli de certitudes quant à mes origines profondes et à la fierté qui devait en découler.
Et puis les jours de fêtes, quand les amis de mes parents se rassemblaient et partageaient, je prenais de front cette culture qui par la force avait du se réapprendre sans se dénaturer. Aretha, Bill Withers, Otis, Sam Cooke, James Brown et... Billy Paul. Me and Mrs Jones  , Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point ces moments m'ont fait comprendre que la musique serait spéciale pour moi. De voir tous ces gens qui dansaient dans un calme apparent, calme précédé par ce fameux Ah de satisfaction. Je guettais l'entrée en piste de mes parents, ils étaient tellement beaux à voir danser, et je voyais chez tous ces adultes la même ferveur, et la même pudeur.
Ces deux artistes, en y pensant, me rendent nostalgique mais aussi heureux parce qu'après tout, la nostalgie n'est que le regret de ce que l'on a aimé vivre.
Je suis donc triste d'avoir à vous parler d'artistes qui semblaient embellir la vie de mes parents et que j'ai tant aimé, aussi, pour ça.

Musicalement

JP

vendredi 22 avril 2016

PRINCE MORTEL ???

Hello les Soulplaciens,

Je ne vais pas faire acte d'originalité en vous disant ma stupeur lorsque j'ai appris la mort de Prince.
Je suis sincèrement désolé de "perdre" ce copain de musique que j'ai tant adoré détester.
Oui je sais, curieux propos, mais je n'ai jamais "déifié" Prince. Je suis de ceux qui ont eu le temps ou la chance d'écouter nombre d'artistes dont il s'est inspiré. De James Brown à Sly Stone en passant par Jimmy Hendrix pour ne citer qu'eux. Cet homme a profondément agité mon esprit critique car pour l'avoir conspué des dizaines de fois, j'ai acheté un grand nombre de ses albums. Parce que malgré ma mauvaise foi légendaire, putain qu'il est bon !!!!
Alors merci Mr.
Merci pour ces quelques concerts auxquels j'ai assisté et qui m'ont marqué à vie.
Merci pour ces morceaux sortis de Dieu sait où et qui ont renversé le contempteur que je suis.
Merci pour ses moments jubilatoires de joutes verbales avec vos plus grands fans, moi qui avait choisi d'être le pire d'entre eux.
Merci pour ce fabuleux et discret hommage à Thierry le Luron dans "Sign of the Times"
Merci pour cette volonté perpétuelle de garder les monstres sacrés vivants : Larry Graham, Mavis Staples, Maceo Parker et j'en oublie.
Merci d'avoir gardé le FUNK vivant, même si on vous proclame légende de la pop et du rock....
Merci d'avoir été le Mohamed Ali de la musique en vous battant seul contre Warner, car vous avez pu montrer que les artistes devaient et pouvaient avoir le contrôle de leur art.
Merci pour la gifle qu'a été ce clip pour "Musicology".
Merci pour Vanity 6, Apollonia, Sheila E.
Merci pour cette course effrénée après votre "Black Album" à la fin des années 80.
Merci pour le fantasme que vous avez suscité car il y a tant d'albums que je n'aurai jamais,
Je ferai encore plus attention à vos vinyls dorénavant.
Et pour répondre à la question de départ, non vous ne l'êtes pas car votre musique vous survit.
J'en conclus que votre carrière se sera arrêté le 21 Avril 2016. Je continuerai de fouiller votre discographie avec délectation.
Votre vie, elle, n'appartenait qu'à vous et vos proches.
Bonne continuation.

Musicalement

JP





samedi 26 mars 2016

Encore Un Jour Avec Toi Rachid ??

Hello les Soulplaciens,

Ces derniers temps, ressurgissent les éructations contre-productives d'un certain Rachid Ferrache.
Il s'en prend frontalement à l'industrie du disque en France, radios, labels, directeurs artistiques, télés... Tout le monde en prend pour son grade. Vous connaissez le propos de ce blog, donc les mots de ce monsieur amoureux de musique me parlent et méritent tout mon respect.
Sauf que lorsque ce pourfendeur avait l'accès aux médias qu'il décrie aujourd'hui, je dois fouiller ma mémoire pour y trouver trace d'un titre digne de ce qui rend la musique si belle et en voici un exemple :


Ah je vous entends d'ici : JP t'es pas cool c'est une erreur de jeunesse etc... Ok les amis mais vous souvenez vous de lui comme jury de la Star Ac ??? Moi, oui !!! Et ce n'était pas pour défendre les Ben l'Oncle Soul et consorts, c'était en 2012-2013 et que je sache, la musique était déjà en pleine deliquescence. Pour autant l'exposition, le chèque où les deux n'avaient,eux, rien de nauséabonds.

En fait, tout ce qui est dénoncé dans ces saillies, provient de la mauvaise personne qui crache dans la soupe une fois qu'on lui retire l'écuelle. Quand je lis son immense respect aux immenses musiciens que sont les Daft-Punk, je me pince : Mr ils n'ont eu les Grammy Awards que parce qu'ils ont travaillé avec Nile Rodgers. Vous devriez vous reporter à tous les propos et articles fustigeant les artistes de la French Touch dont il était si compliqué de vendre les disques puisque c'était de la musique réchauffée, tirée de samples pas toujours "clearés". Et je sais de quoi je parle, pour avoir défendu dans ma boutique la place que ces artistes méritaient et ce pendant prés de 30 ans (vous ne me ferez donc pas le procès de la légitimité) . Vous vivez dans une bulle où effectivement la musique est belle, mais cette bulle fait partie d'un monde qui a changé. La musique est un outil d'entertainment, et moins un objet de culture. Si c'est la seule considération que vous portez à l'art que vous défendez alors je vous prends en défaut car j'ai plus de mal que vous à considérer David Guetta comme l'égal de Stevie Wonder ou même Pharell Williams (je sais qu'on est en pleine période de Pâques mais vous avez du Nutella sur le bout de la langue). Tiens en parlant de Pharell, étiez vous de ceux qui le défendaient durant l'époque Neptunes sachant que Michael Jackson avait, lui, refusé leur album qui a ensuite été proposé et accepté par Justin Timberlake...? La musique est devenue un produit qui répond à des soucis commerciaux et des critères dont la qualité n'est pas l'objet premier.
Malheureusement, comme si vous ne regardiez que dans la mauvaise direction,  vous ne parlez que de la musique dite commerciale, hors si vous défendez l'art pour l'art, laissez les petits génies Français se débrouiller, ils ont des oreilles partout, et s'affranchissent du pouvoir des labels et autres médias. Vous êtes comme ces tordus qui voient le mal partout alors que le bien est partout. Aujourd'hui il faut faire la démarche d'aller au devant des artistes qui pourraient nous plaire, nous émouvoir, c'est ça votre boulot si vous avez encore des choses à transmettre. Faire croire qu'aux States les artistes sont plus respectés ??? Vous vous foutez du monde et vous vendez un rêve qui est une chimère. De tous les artistes Français issus du milieu Soul qui se sont exportés,  seules Les Nubians ont obtenu considération et respect.
Alors laissez les amateurs français de bonne musique, faire le long travail qui doit être le leur. Regardez les s'émanciper du canal traditionnel pour organiser jams, concerts, webradios, blogs, bars, clubs qui leurs donnent la part belle et les aident efficacement dans leur cheminement.
Quant à vous, pourquoi ne vous autorisez vous pas une saison dans le car de Stars 80 nombreux seront ceux ou celles qui trouveront intérêt à passer "Encore un jour avec toi" ou pas...

JP

mardi 18 août 2015

Théorie du Genre ? Les Hommes, Les Femmes et la Musique

Hello les Soulplaciens,

J'espère que ce post vous trouvera tous en bonne santé, les doigts de pieds en éventail et le sourire gorgé de soleil et de vibrations réparatrices. Il y a quelques temps que je n'ai rien publié, mais la vie continue et les aventures, les découvertes se multiplient. 
Depuis le mois de juillet, je participe à des brunchs Soulfood tous les dimanches à La Manufacture 111. C'est un lieu de culture qui comporte une galerie d'art avec des expositions, des projections de films avec l'association Black Movies Entertainment, bientôt un auditorium qui permettra de découvrir les nouvelles tendances artistiques dont regorgent la capitale. Et c'est aussi un lieu où l'on peut enfin prendre le temps d'écouter en live les playlists de deejays dont j'ai la chance de faire partie.

Le dimanche, c'est donc mon jour, j'arrive à 13H, réalise mes petits teasers sur l'excellent brunch, et je profite de ma totale liberté pour partager mon amour pour la Soul, le Jazz et tous les genres musicaux qui en découlent. Mais là où le concept est encore plus intéressant, c'est que Guy, le fondateur, m'a proposé de partager mon vécu avec tous ceux qui voient dans la Manufacture un lieu de culture et aussi d'échanges. Les sujets s'invitent donc à nos esprits avides et les thèmes varient de La Soul au Blues ou au Jazz et dimanche dernier je me suis penché sur l'histoire des deejays dans la musique black. Je dis haut et fort et sans aucun paternalisme que les imbéciles gavés aux à priori nous concernant devraient se pencher avec plus d'humilité sur toutes les richesses dont ce pays se détourne. Nous avons tellement de choses à dire et à nous dire que je trouve que ces lieux sont un luxe nécessaire à notre épanouissement.
Dimanche, donc, me voilà lancé dans un historique de l'évolution des deejays, de leur influence et de la qualité de leur maitrise quand survint La question de l'après-midi : "Et les femmes ??". J'aurais bien répondu par une saillie sexiste dont j'ai le secret mais le silence attendant ma réponse m'a forcé à un propos plus sérieux :
"Pour moi, les femmes deejays ont plus que leurs places et j'ai toujours été persuadé que leur perception de la musique est différente de celle de la gente masculine. Je crois, je sais, que les femmes n'ont pas le même rapport que nous à la musique. cette différence se manifeste par la danse et pour celles qui mixent par l'angle qu'elle choisissent pour partager les morceaux qu'elles aiment. Écoutez DJ MISS MAK pour vous en convaincre. Je suis persuadé de ces différences depuis très longtemps et j'ai organisé des soirées où des couples (deejays ou non) mixaient, je vous assure que le résultat était bluffant et que cette Théorie du Genre sauce Soulful (qui m'a valu un lancé de tchip que j'ai évité comme Bush des chaussures) y aurait trouvé une illustration." 
Pour me soustraire au procès d'intention que je vois poindre chez les lectrices, je tiens à rappeler que différence ne veut pas dire échelle de valeur, je trouve que les femmes font preuve d'une plus grande finesse et apportent un supplément d'âme à nos soirées, que ce soit sur le dancefloor ou derrière des platines. Il est entendu que c'est là mon avis et que je vous le soumets parce qu'il est fait pour être contredit.
Il s'en passe des choses le dimanche...

Musicalement

JP    

dimanche 31 mai 2015

BONNE FÊTE LES MAMANS !!

Hello les Soulplaciens,

C'est un jour bien particulier pour nous tous. Nous rendons hommage à nos Mamans Chéries et c'est juste.
Vous nous donnez tellement, et tout le temps. Il nous est souvent difficile de ne pas considérer ce cadeau de la vie comme acquis.
Alors aujourd'hui vous êtes gâtées !!! Vos maris se sont levés tôt, les enfants aussi pour préparer le petit déjeuner. J'imagine vos pauses-café demain, où vous comparerez les initiatives de vos bambins ou conjoints.
Ah les chorégraphies qui vous font remettre en question, un instant, la qualité des cours de danse. L'effroi quand vous constatez, sans pouvoir vous insurger, que votre rouge à lèvres a fini sur les joues de la petite. Votre colère rentrée quand elle balance Papa qui a dit oui.
Et cette odeur de brûlé, qui vous fait jurer intérieurement que le petit ne manquera plus jamais les cours d'éveil à la cuisine...
Et lui qui ne pourra pas regarder Roland-Garros parce que vous lui imposez, en poussant l'avantage de cette journée dédiée, une balade bucolique et romantique.
Pour tout dire, je n'aime pas vraiment cette fête car votre vrai jour est ailleurs. Combien de fois sommes nous désemparés par votre absence ? Si vous saviez comme nous sommes perdus quand votre affection, votre tendresse nous font défaut.
Chaque fois que le désarroi, la peine, le doute ou le manque nous assaillent, ressort l'exceptionnel que vous avez fait de notre quotidien. C'est aussi dans ces moments que l'on comprend que l'on vous aime parce qu'il ne peut en être autrement et que l'on goûte encore plus les moments de bonheur que l'on partage ensemble.
Quand vous n'êtes plus là, RIEN ne vous remplace, l'empreinte que vous laissez dans nos vies va très au-delà de la votre.
Alors bien sûr, demain vous allez pester : parce que vous n'avez plus de rouge à lèvres à cause de cet imbécile qui a dit oui, et que ça arrangeait bien vu qu'il en détestait la couleur. Parce qu'aussi les plats brulés, c'est vous qui allez vous les "taper" mais promis on recommencera l'an prochain...
MERCI